Back to Stories

Brian Adams

Brian Adams est un photographe qui est né et a vécu en Alaska. « J'adore les Alaskiens, j'adore photographier leur mode de vie. Je suis passionné par l'Alaska rurale et particulièrement par les habitants de ses petits villages », raconte-t-il. Il a de profonds liens familiaux qui se reflètent dans ses sujets de prédilection. Sa famille paternelle vient de Kivalina, une petite communauté d'à peine 350 âmes de la côte nord occidentale de l'Alaska. Il a grandi sur son skateboard à Girdwood et Anchorage. « Je n'ai pas grandi dans un village, mais mes photographies sont une manière pour moi de me rapprocher de ma culture d'origine », déclare-t-il. En 2013, l'University of Alaska Press a publié I Am Alaskan, un recueil de portraits photographiques pris par Brian Adams au cours de ces dix dernières années. Pour ce volume il a choisi d'adopter une vision globale très étendue de son pays de résidence et de montrer un groupe varié qui comprend certains résidents des villages et travailleurs en bleu de travail aux côtés d'artistes, d'écrivains et de musiciens. Le travail d'Adams montre une Alaska moderne, capable d'offrir bien plus que ses températures glaciales, son pétrole et sa vie sauvage. Les images sont vibrantes et impressionnantes, les thèmes semblent contraster l'arrière plan plutôt austère des paysages naturels et accidentés de l'Alaska. Les images capturent surtout l'esprit et l'unicité de ceux qui choisissent d'appeler leur maison « la dernière frontière ».

I wasn't raised in the village, but my photography is a way for me to connect and feel closer to my culture

Pour son dernier projet, I am Inuit, Adams a collaboré avec l'Inuit Circumpolar Council of Alaska. L'idée était de connecter le monde avec les Inuits d'Alaska (Inupiat, Yup'ik, Cup'ik et St. Lawrence Island Yupik) et l'Arctique. La tâche fut parfois laborieuse, sachant que la plupart des villages n'étaient accessibles que par avion de brousse. « J'ai parcouru une vingtaine de villages, cette année », déclare t-il. « Je prends le plus de portraits et d'interviews possibles et je les partage sur les réseaux sociaux ». Il a commencé par voir les similitudes entre villages : « On doit être vraiment quelqu'un de très particulier pour vivre toute sa vie en Alaska », a t-il déclaré. Le projet montre en profondeur les communautés que la plupart des gens ne connaît pas. Les images et les histoires sont riches, révélatrices et instructives. En choisissant de publier le projet en direct sur Internet, il atteint une meilleure audience et permet au monde de découvrir l'Alaska en quelques clics. Les hivers en Alaska sont longs, obscurs et froids, et de nombreux résidents attendent les beaux jours de l'été quand certaines journées semblent ne jamais finir. Pour un photographe comme Brian Adams, il n'existe aucun autre endroit sur terre où il préfèrerait passer l'été. « Quand vous vous réveillez, il fait déjà jour, quand vous allez au lit, le soleil vient à peine de se coucher, » dit-il. « Il y a toujours quelque chose à photographier. J'adore ça. »